Comment Isoler un toit par l’intérieur en 9 étapes

Date:

Partager l'article :

Que ce soit pour réduire la consommation d’énergie dans la maison ou pour créer un nouvel espace habitable dans les combles, plusieurs possibilités s’offrent à vous si vous souhaitez isoler vos combles après coup. L’isolation entre les chevrons est une variante que vous pouvez facilement mettre en œuvre vous-même. Découvrez ici les étapes nécessaires pour isoler le toit par l’intérieur.

Vous pouvez également retrouver notre guide d’isolation par l’extérieur.

Faire soi-même l’isolation entre les chevrons

Pour une isolation ultérieure du toit par l’intérieur, il faut procéder à une isolation entre chevrons ou sous chevrons. Vous devriez surtout choisir cette dernière si l’isolation entre chevrons existante ne suffit plus ou si elle n’est pas possible pour des raisons de construction. Comme elle améliore considérablement l’isolation thermique, l’isolation sous les chevrons peut également être envisagée comme un complément utile à l’isolation entre les chevrons.

Isoler votre toit de l’intérieur vous permet non seulement d’avoir un bon climat de vie, mais aussi d’économiser de l’énergie et donc de l’argent. Si vous avez des combles que vous souhaitez isoler vous-même, l’isolation entre chevrons est une variante que vous pouvez facilement mettre en œuvre vous-même. Grâce à ce guide, vous saurez ce qu’il faut faire étape par étape.

Isoler le toit par l’intérieur : Instructions

Nous vous expliquons ici, étape par étape, comment isoler votre toit par l’intérieur et vous donnons tout ce que vous devez savoir.

Étape 1 : Trouver le bon matériau d’isolation pour l’isolation par l’intérieur

Trouver le bon matériau d'isolation

Contrairement à l’isolation sous et sur les chevrons, l’isolation entre les chevrons (comme son nom l’indique) ne concerne que l’espace entre les chevrons. Les chevrons sont les poutres porteuses qui s’étendent horizontalement du faîte du toit à la gouttière et qui soutiennent les tuiles et l’étanchéité du toit.

Il existe différents matériaux pour cette variante d’isolation du toit par l’intérieur. Les laines minérales faciles à travailler et qui s’adaptent bien aux chevrons sont les plus appropriées, comme la laine de roche ou le feutre de serrage. L’isolant adaptable s’adapte parfaitement aux poutres et évite ainsi la formation de ponts thermiques indésirables lors de l’isolation du toit. Cela signifie qu’il n’y a pas d’espaces ou de zones d’où la chaleur peut s’échapper de manière incontrôlée vers l’extérieur. Pour que vous puissiez profiter longtemps de l’isolation de votre toit, vous devez utiliser uniquement des produits normalisés et approuvés par les autorités de construction.

Vous trouverez des informations sur les propriétés spécifiques de chaque matériau d’isolation dans les abréviations figurant sur l’emballage du produit. Par exemple, l’abréviation WLS (niveau de conductivité thermique) vous indique le niveau d’isolation du matériau. Plus le WLS est bas, meilleure est l’isolation thermique.

En outre, pour l’isolation du toit, il faut tenir compte de l’épaisseur du matériau isolant. Une épaisseur d’isolant de 14 à 18 centimètres vous permet généralement de répondre aux exigences de la réglementation sur les économies d’énergie. Notez également que l’épaisseur de l’isolant doit correspondre à la profondeur des chevrons. Si les chevrons ne sont pas assez profonds pour l’épaisseur du matériau, ils peuvent être doublés avec des bois spéciaux.

Isoler de manière écologique

Pour une isolation écologique, la fabrication du matériau d’isolation de toiture joue également un rôle important. Il doit par exemple être respectueux des ressources, présenter un bilan écologique positif et, dans le meilleur des cas, le matériau d’isolation doit être certifié, notamment par l' »Ange bleu », qui atteste de son innocuité pour la santé.

👉 Conseil: conservez les justificatifs du matériau d’isolation utilisé. Si vous souhaitez vous en débarrasser des années plus tard, la qualité et la classe de protection peuvent jouer un rôle important.

Étape 2 : Choisir l’outil approprié pour l’isolation du toit

⚠️⚠️ Le matériau d’isolation ne suffit pas à lui seul. Il ne faut pas non plus négliger les outils appropriés. En plus d’un mètre, d’un cutter, d’une visseuse sans fil et d’une agrafeuse manuelle ou électrique, vous avez surtout besoin d’un vêtement de protection adapté avec une protection respiratoire. En effet, l’isolation du toit avec de la laine minérale libère des fibres qui peuvent provoquer des problèmes cutanés et respiratoires. Vous devez donc éviter tout contact physique direct avec cette matière.

Étape 3 : enlever l’ancien matériau isolant

enlever l'ancien matériau isolant

Avant de commencer à isoler le toit par l’intérieur, vous devez retirer le revêtement ou, le cas échéant, l’ancien matériau isolant entre les chevrons et nettoyer les chevrons. Le plus simple est de le faire de solive à solive.

Poussez l’ancien isolant vers l’intérieur et enroulez-le. Vous pourrez ainsi l’emballer dans des sacs d’isolation. Ces sacs spéciaux pour FMA peuvent être fermés hermétiquement. Les simples sacs poubelles ne conviennent pas, car ils peuvent se déchirer rapidement et laisser s’échapper des substances nocives. Pour les éliminer, déposez les sacs intacts et fermés dans un centre de recyclage.

Important: ne jetez ou ne déchirez jamais la laine de verre, car cela libère une quantité énorme de fibres dont vous ne pourrez pas vous débarrasser facilement.

S’il reste des agrafes dans les poutres (chevrons), retirez-les à l’aide de pinces. Sortez ensuite les sacs d’isolation et les sacs de déchets de matériaux de construction, puis retirez l’ancien plancher, pièce par pièce, à l’aide d’un pied-de-biche si nécessaire.

Astuce: aspirez le sol avec un aspirateur industriel, les fibres seront ainsi dans le sac à poussière et non dans l’air.

Étape 4 : Doubler les chevrons

Maintenant, vous pouvez encore vérifier si la profondeur des chevrons correspond à l’épaisseur du matériau choisi. Si ce n’est pas le cas, vous devez doubler les chevrons – en particulier dans le cas d’une isolation de toiture dans un bâtiment ancien, on trouve souvent des chevrons qui ne font que 10 à 14 centimètres d’épaisseur. Pour cela, vous pouvez utiliser des lattes de toit en bois, qui sont simplement vissées ou clouées sur les chevrons existants.

Une fois que le grenier est débarrassé de la saleté et que vous avez préparé les chevrons, vous pouvez commencer l’isolation du toit à proprement parler, depuis l’intérieur.

Étape 5 : Mesurez et coupez les matériaux d’isolation pour le toit

Mesurez et coupez les matériaux d'isolation pour le toit

L’étape suivante consiste à mesurer l’espace entre les chevrons. Mesurez tous les espaces au fur et à mesure. Veuillez travailler soigneusement, sinon vous créerez des difficultés inutiles si la largeur de l’isolant à insérer ne convient pas. S’il est trop large, il risque de s’affaisser au milieu et de tomber, s’il est trop étroit, il ne se coincera pas entre les chevrons et tombera également.

Découpez maintenant le matériau d’isolation en fonction des dimensions des chevrons. La laine de roche, par exemple, peut être facilement découpée à partir d’un rouleau à l’aide d’un couteau ou d’un cutter dentelé. C’est encore plus facile avec une scie électrique sans fil.

Astuce: placez une planche en travers du matériau isolant, appuyez-vous légèrement dessus et coupez le long du bord de la planche. N’oubliez pas non plus de mesurer la longueur des lés et de les découper en conséquence.

Veillez à ce que la découpe soit toujours légèrement plus large que l’espace entre les chevrons – environ un ou deux centimètres. De cette manière, l’effet de serrage de l’isolant flexible permet de maintenir le matériau en place et d’éviter les ponts thermiques dans les espaces. Les fissures et les espaces entre les différents éléments d’isolation sont à proscrire. Cela vaut également pour les chevrons irréguliers ou inclinés. Pour compenser les asymétries, vous pouvez utiliser l’isolation en deux couches avec des joints décalés.

Attention : si votre toiture est ventilée par un écran de sous-toiture, c’est-à-dire que le film se trouve sous les tuiles, vous devez veiller, lors de l’isolation ultérieure entre les chevrons, à laisser un espace suffisant entre l’isolant et l’écran de sous-toiture pour que l’air puisse circuler. Si l’isolation du toit est réalisée dans un bâtiment ancien, la charpente n’a généralement pas de sous-couche. Il faut alors laisser un espace pour la ventilation. Cet espace d’air entre l’isolation et la couverture du toit doit être d’environ trois à cinq centimètres. Il permet à l’humidité excédentaire de s’échapper.

Étape 6 : Installer correctement l’isolation

Installer correctement l'isolation

Commencez par placer l’isolant en bas, puis remontez jusqu’au sommet du toit (faîte). De cette manière, vous isolerez rangée par rangée.

👉 Important: les différentes découpes doivent être jointes de manière étanche à l’air et aux chocs, car le toit doit être isolé sans faille pour que l’effet isolant soit optimal. L’isolation doit être au même niveau que les chevrons, sans quoi le film se courbe vers l’intérieur et peut ensuite exercer une pression sur les lattes ou les panneaux OSB.

Vous pouvez également utiliser les chutes qui restent à la fin du rouleau. Vous pouvez ainsi isoler les endroits étroits et les coins. Si nécessaire, assemblez-les et insérez-les dans les zones non isolées.

Si des « ventres » se forment, enfoncez-les jusqu’à ce que tout soit bien droit. Ensuite, vérifiez une nouvelle fois que tout est bien étanche. Il ne devrait pas y avoir d’espace sans isolation. Si un tuyau ou autre chose se trouve sur le chemin lors de l’isolation du toit, vous devez couper l’isolant à la bonne taille et remplir l’espace avec.

Étape 7 : Découper le film pare-vapeur pour une isolation de toit étanche à l’air

Une fois que vous avez placé le matériau isolant entre les chevrons, appliquez le film pare-vapeur sur les chevrons. Ce film spécial empêche l’humidité de l’air de pénétrer de l’intérieur dans le matériau d’isolation du toit. Cela ne fonctionne toutefois que si le film pare-vapeur est posé de manière étanche à l’air.

Il faut donc être particulièrement prudent lors de cette étape. Déroulez soigneusement le film pare-vapeur dans le sens de la longueur. Vous pouvez soit mesurer la longueur de votre pièce et couper les lés en conséquence, en ajoutant environ 20 cm. Vous pouvez également fixer le film dans le sens de la longueur et ne le couper qu’à la fin, y compris le surplus, à l’aide d’un cutter.

Conseil: faites-vous aider, car il est beaucoup plus facile de poser le film fin à deux.

Étape 8 : Coller le film pare-vapeur

Coller le film pare-vapeur

Souvent, le film pare-vapeur est posé à l’aide d’une agrafeuse manuelle ou électrique pour l’isolation entre chevrons. Cette méthode est certes très simple, mais elle peut rapidement endommager le film. Il est plus sûr d’utiliser un ruban adhésif spécial pour cette étape de l’isolation du toit par l’intérieur.

Étirez le film sur toute la largeur des combles, lissez-le vers le bas et fixez-le aux chevrons de manière à ce qu’il pende légèrement dans les espaces entre les chevrons. Sur les murs de gauche et de droite, il doit encore dépasser d’environ 10 cm afin de pouvoir réaliser plus tard une jonction étanche entre les murs.

Procédez de la même manière pour les autres lés jusqu’à ce que le toit soit entièrement recouvert de l’intérieur par le film pare-vapeur. Important : les lés doivent se chevaucher de 10 cm en haut et en bas. Cela facilite ensuite le collage du film. Les chevauchements correspondants sont indiqués sur le film. Vous n’avez donc pas besoin de mesurer à chaque fois.

Vous devez également veiller à ne pas fixer le film sous tension, car il pourrait alors se détacher ou même se déchirer. Les raccords muraux et au sol du film pare-vapeur, qui reposent sur le plâtre ou le béton, sont collés avec une colle d’étanchéité.

Une fois que vous avez fixé tous les films, vous devez les coller soigneusement au niveau des chevauchements afin de les rendre correctement étanches. Pour ce faire, utilisez également le ruban adhésif pour cloisons et appuyez bien dessus. Vous pouvez vous aider d’un rouleau de couture qui appuie uniformément sur le ruban adhésif. Les tuyaux et autres ouvertures doivent également être bien collés pour éviter que l’air ne passe à travers.

Astuce: vous pouvez également placer un manchon autour d’un tuyau et le coller ensuite. Il faut s’assurer que le tuyau est entouré de manière étanche. L’humidité de l’air ne doit pas se condenser dans l’isolation.

Les parois latérales doivent également être collées. Pour ce faire, utilisez une colle à plusieurs composants spécialement conçue pour le collage de films. Versez cette colle dans un pistolet à cartouche et tracez une fine bande le long du mur avec l’embout, puis collez le film en formant un petit pli de manière à pouvoir compenser les différences de température. Le sol doit également être étanchéifié. Pour ce faire, appliquez une bande de colle directement sur le sol et appuyez bien sur le film.

Étape 9 : Revêtement intérieur du toit

La prochaine et dernière étape de l’isolation du toit par l’intérieur est le revêtement des pentes du toit. Pour cela, il est préférable d’utiliser des plaques de placo ou des panneaux d’aggloméré. Ensuite, vous vissez le revêtement scié au toit. Il est important de visser les panneaux uniquement sur les chevrons et non sur l’isolation elle-même. Sinon, vous risquez d’endommager le film pare-vapeur.

Isoler les fenêtres de toit

Des fenêtres de toit correctement isolées empêchent l’humidité de s’infiltrer, ce qui réduit également le risque de moisissure. Nous vous montrons ici comment isoler une fenêtre de toit en quatre étapes.

Tendez le film pare-vapeur sur la fenêtre

Vous pouvez tout d’abord simplement tirer le film sur la fenêtre. Il recouvre entièrement votre fenêtre de toit. Le collage du film s’effectue également comme s’il n’y avait pas de fenêtre en dessous.

Découpe de la fenêtre

Une fois que vous avez fixé le film pare-vapeur aux deux extrémités du mur, vous pouvez découper la fenêtre avec précaution. Pour ce faire, placez-vous au centre et laissez de la place en haut et en bas de manière à pouvoir découper un triangle. C’est important pour la suite de l’étanchéité.

Étanchéité supplémentaire de la fenêtre de toit

Remplissez maintenant la zone des embrasures à droite, à gauche, en haut et en bas avec de l’isolant. En appuyant l’isolant sur la fenêtre, vous pouvez également corriger quelque peu l’incidence de la lumière. Fixez ensuite le film pare-vapeur qui dépasse autour de l’isolation minérale. Ensuite, scellez le tout avec du ruban adhésif. Faites particulièrement attention aux coins. Votre fenêtre de toit est isolée et prête à être habillée.

ℹ️ Info: la mousse de montage ne doit plus être utilisée pour isoler les fenêtres de toit. C’est ce que prévoit la norme de traitement des travaux de construction (VOB). La raison en est que la mousse de montage ne s’adapte pas aux variations de température et se déforme à long terme en raison des mouvements des fenêtres liés à la chaleur. De ce fait, une isolation soignée n’est plus assurée.

Point de rosée pour les fenêtres de toit

Pensez au point de rosée et à une isolation parfaite pour éviter la formation de moisissures sur les fenêtres de toit. En raison de leur position inclinée, les fenêtres de toit sont plus exposées aux intempéries et se refroidissent plus rapidement. L’isolation intérieure permet de conserver la chaleur à l’intérieur, où elle se refroidit lentement. Si l’isolation intérieure est insuffisante, cela déplace le point de rosée, c’est-à-dire la température à laquelle la vapeur d’eau dans l’air se dépose sous forme de rosée. De l’humidité se forme entre l’extérieur et l’isolation intérieure et des moisissures peuvent apparaître.

Vous pouvez éviter ce genre de problème en isolant soigneusement et en aérant régulièrement (même lorsque les températures sont fraîches). Cela permet de réduire l’humidité relative de l’air, car l’air extérieur est toujours plus sec que l’air intérieur. Les mesures décrites influencent le point de rosée et donc la formation d’une trop grande quantité de condensation.

👉 Conseil: pendant les mois d’hiver, lorsque la neige et la glace s’accumulent sur la fenêtre de toit et que l’humidité se dépose à l’intérieur, la pose d’un volet roulant peut aider.

Articles connexes

Comment poser et visser des plaques de plâtre (placo) facilement

Les plaques de plâtre, également appelées placo, s'utilisent de manière polyvalente et simple pour l'aménagement intérieur. Par exemple,...

Peindre une porte : instructions pas à pas

La peinture écaillée, les rayures et les entailles sur les portes des chambres sont difficiles à éviter à...

Installer un sol en PVC en neuf étapes simples

Le PVC, facile d'entretien et robuste, offre une isolation phonique et se pose rapidement. Dans les petites pièces,...

Fissures dans le plâtre : Comment les Réparer rapidement et facilement

À première vue, une fissure sur un mur ou un plafond peut paraître anodine. Cependant, si elle pénètre...